•      

    Jeune sorcière

          De la sorcière des contes, des procès du Moyen Âge et de la Renaissance, jusqu'aux sorcières New-Age, toutes personnifient la peur, le mal et les puissances de l'au-delà... A l'époque où les frères Grimm transcrivent le conte Hänsel et Gretel, la dernière exécution de sorcière a eu lieu seulement quelques dizaines d'années plus tôt. Comme dans la réalité sociale d'alors, la sorcière du conte personnifie le mal, le danger. Les « nouvelles sorcières » invoquent les esprits pour chasser les démons quotidiens et pratiquent la magie pour lutter contre la maladie et les crises existentielles. Mais loin de la magie noire d'autrefois, les sorcières d'aujourd'hui sont plutôt des « conseillères en vie meilleure ». Avec le succès d'Harry Potter et ses compagnons apprentis sorciers , les médias semblent succomber à la folie de la magie et des sorcières : les magiciens apparaissent comme des héros, les filles reviennent à la magie et le phénomène « génération des sorcières » est lancé. Notez que malgré l'existence de magiciens fascinants, le monde des sorcières reste un monde très féminin. Cette image très féministe de la femme est contraire à celle véhiculée actuellement par de nombreux médias : les magiciennes et les sorcières dans les séries « Buffy », « Sabrina » et « Charmed » sont tout le contraire de féministe. Elles sont sexy, à la mode et véhiculent le cliché classique de la femme moderne d'aujourd'hui. Alors que les sorcières servaient autrefois de bouc émissaire dans les périodes de famine, de catastrophes climatiques et autres maux, elles servent dorénavant, ainsi que la magie, à insuffler à notre monde lucide et informé un peu de magie et de surnaturel. Découvrez-en plus sur nos origines, notre histoire, notre implication dans les contes d'hier et les médias d'aujourd'hui dans ce chapitre...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique